Aller au contenu principal
Procédé d'injection silicone liquide LSR

13 octobre 2020

LSR : l’injection de silicone liquide, un marché en devenir

Avec un fort potentiel de croissance (+8,7 % en prévision chaque année entre 2020 et 2026) et une augmentation du nombre de transformateurs, constructeurs et moulistes, les opportunités du marché LSR et l’intégration de cette technologie suscitent de nombreux questionnements. Yann Procureur de Wacker Chimie et Quentin Viry de SMP décryptent sa mise en œuvre.

Pouvez-vous resituer en quelques mots l’environnement du silicone liquide LSR ?

Yann Procureur : Les silicones sont déjà présents dans de multiples métiers et applications. On le rencontre dans notre vie quotidienne sans nécessairement l’identifier, dans les matériaux de construction, les détergents, les shampoings, l’ennoblissement textile... Au regard de l’évolution croissante des exigences techniques et réglementaires, de plus en plus de pièces sont réalisées en LSR, pour la protection de composants sensibles, l’étanchéité, l’amortissement, l’isolation électrique, le soin à la personne… Le marché est très dynamique et de très nombreuses nouvelles technologies (E-mobility, Lighting, Renewable Energy) s’orientent vers ce matériau, pour de belles opportunités à venir.

Le procédé de transformation pose de nombreuses interrogations, quelles en sont les particularités ?

Quentin Viry : Le procédé de transformation LSR est assez proche de celui de transformation thermoplastique. Il fonctionne par injection dans un moule d’un bi-composants prêt à l’emploi, auquel il est possible d’ajouter un colorant.

Le conditionnement en fûts et le système d’arrivée matière est néanmoins différent puisque celle-ci passe par des pompes doseuses et par une unité de mélange statique. Le mélange transite par la vis d’injection refroidie et est injecté dans des empreintes chauffées pour permettre sa solidification.

En raison de la fluidité du LSR, les bavures sont l’une des inquiétudes qui freinent l’intégration de cette technologie. Cependant, avec un usinage maîtrisé des empreintes, ces phénomènes sont évités. L’élasticité du matériau permet de démouler d’importantes contre-dépouilles. Ainsi, grâce à un robot, le process peut être totalement automatisé.

Quelles sont les propriétés qui caractérisent ce matériau ?

Y.P. : Au-delà de ses vertus intrinsèques, le LSR offre une grande liberté de conception pour diverses applications. Sa particularité réside dans son comportement lors de la transformation : sa fluidité en fait une matière adaptée aux pièces à géométries complexes. Multifacettes, multipropriétés, les silicones répondent à de nombreuses exigences : versatilité avec une tenue à basse et haute température, isolation électrique ou conduction électrique, haut niveau d’amortissement selon les ajustements de formulation, haute transparence ou facilement pigmentable… Son innocuité est idéale pour l’utilisation dans les dispositifs médicaux et les articles destinés au contact alimentaire.

Pour quelles raisons le LSR est l’allié pour des pièces multi-composants ?

Q.V. : Le surmoulage en LSR est une application en devenir, motivée par plusieurs aspects. L’absence d’assemblage pour la réalisation de pièces multi-composants offre un gain de coût et de temps. Les géométries de plus en plus complexes et la combinaison de plusieurs fonctionnalités en un seul composant sont des enjeux auxquels l’injection de silicone liquide en surmoulage peut répondre.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce procédé d'injection de silicone liquide, n'hésitez pas à consulter le replay d'un webinaire dédié au LSR.

Sur le même thème
Pour aller plus loin